6 janvier 2010

Androïd, 180 jours après...

L'an dernier j'ai reçu pour la Fête des pères, un superbe "smartphone" HTC/Androïd. Il est certain que ma cyberdépendance a considérablement augmenté cette journée-là. Étant maintenant connecté à la toile en permanence, je me suis joins aux réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter (sur lesquels je n'étais pas, avant l'arrivée du petit robot vert dans ma vie). Le fait de pouvoir changer mon statut en temps réel, de prendre des photos (géolocalisées) et de le pousser immédiatement en ligne (Picasa ou Twitpic) a allumé une étincelle chez moi.

Depuis ce temps, je suis étonné (et même un peu déçu) de constater la faible pénétration des appareils Androïd sur les marchés canadien et québécois. Il est encore tôt alors laissons à ce Droïd encore un peu de temps pour montrer de quoi il est capable.

Présentement aux alentours de 3%, la part de marché des cellulaires dotés du système d'exploitation Androïd devrait atteindre les 14.5% en 2012, le plaçant ainsi bon deuxième.

Au cours des 5 derniers mois de 2009, 10 000 nouvelles applications destinées à la plateforme Androïd ont vu le jour, portant ainsi le total à 20 000 (comparativement à 100 000 pour les iPhone / iPod Touch). De ce nombre, 62.3% sont gratuites.

En terminant, voici mon évaluation personnelle de mon appareil (HTC Dream/Androïd):

Points forts(+)
  • clavier QWERTY complet et rétractable = vraiment rapide et pratique, surtout pour les accents;
  • écran tactile = réagit très bien au contact des doigts, pour le glissage entre autres;
  • batterie facilement accessible et remplaçable;
  • système d'exploitation très stable même avec plusieurs "process" en simultané (musique, gmail et jeux).
Points faibles (-)
  • le Market* (payant) bloqué par Google au Canada = les conseillers Rogers devraient informer les clients de cette situation dès l'achat de l'appareil cependant, la plupart d'entre eux ne sont même pas au courant ;
  • le Market (non payant) est beaucoup moins garni que le iStore de Apple principalement au niveau des jeux ;
  • manque un peu de CPU/RAM lorsque plusieurs applications graphiques roulent de front. Les chanceux qui se procureront un Nexus One n'auront pas ce problème. Par contre, les Canadiens devront encore attendre...
* Le Market sous Androïd est l'équivalent (en terme de fonctionnalité mais non en volume) du iStore de Apple.

1 commentaires:

Dominic a dit…

Voici un petit comparatif entre le iPhone et le Nexus One.
http://www.artuji.com/nexus-one-vs-iphone-vs-droid-vs-palm-pre/3286

DoLemay

Enregistrer un commentaire